Il y a 13.7 milliards d'années (oui je sais, ca fait un bail !), il faisait tout noir. 

Pas un photon à se mettre sous la dent. Triste monde.
Pas une galaxie, pas une molécule, pas une lune sous laquelle faire une déclaration d'amour. la loose complete !

La faute à la matière, qui piégeait les photons comme une noisette dans un pot de Nutella ! Grave.
Faut dire qu'en ce temps là, faisait chaud. Très chaud. du style 3000 °. Et des Kelvin en plus. Celsius était pas encore né.
Donc dans ce cagna, y avait que des photons, des noyaux d'hélium et d'hydrogène et quelques électrons qui squattaient. C'était l'enfer sur le dance floor. Tout le monde chahutait dans tous les sens, ca draguait dans tous les coins. Les photons avec les électrons, les protons avec l'hélium, l'hydrogène avec on ne sait qui... Mais tout ca dans le schwartz le plus complet.

Et pis un jour, ou était-ce une nuit ? Le DJ a fait une boulette : en prenant une Nième bière, il a laissé le couvercle de la glacière ouvert.
Du coup, ca a refroidit l'ambiance et les photons se sont barrés les premiers pour poster ça sur Facebook.
Nous avons encore aujourd'hui trace de cette grande chevauchée sauvage.

 

 "Libérée, délivrée..."

 

téléviseur neige-tc3a9lc3a9

Entre deux chaines, donc en l’absence d’un canal hertzien, les téléviseurs analogiques affichent un écran blanc où s’agitent frénétiquement des points noirs : la «neige».
Environ 1% de cette neige provient de signaux issus du fond diffus, générés il y a 43 Milliards d’années-lumière (1 al = 9 461 millards de km)...
L’appareil capte des photons de la «surface de dernière diffusion» et en établit une représentation visuelle.

 

 

Horn_Antenna-Holmdel

Durant les années 1959 - 1961, un cornet de 6 m a été construit aux États-Unis, installé sur la colline de Crawford, à Holmdel dans le New Jersey par le Bell Telephone Laboratory, pour recevoir le signal du satellite Echo puis Telstar.

En 1963, ce cornet a été transformé en radiotélescope par Alan A. Penzias et Robert W. Wilson pour observer le halo de notre Galaxie à la longueur d'onde d'environ 7,35 cm. Durant leurs observations pendant les années 1963 - 1965, Penzias et Wilson ont détecté un signal supérieur à celui prévu. Ils ont d'abord cherché à mieux estimer les contributions "parasites" qui pouvaient être dues au ciel, à l'antenne, au guide d'onde, aux détecteurs. (Ils ont même nettoyé intégralement l'antenne pour évacuer toutes les crottes de pigeon. Au cas où...).

Mais toutes ces contributions étaient trop faibles pour pouvoir rendre compte de l'excès observé. De plus, le signal observé était identique dans toutes les directions, donc ne pouvait pas provenir de sources ponctuelles. Il était aussi constant dans le temps. En résumé, nous baignons dans un flux permanent de photons de grandes longueurs d'onde. 

Tous deux ont été récompensés du Prix Nobel de physique en 1978.

 

Ce rayonnement, composé de photons, est le seul indice permanent et universel dans notre univers puisqu’il existe depuis le «Big Bang» initial. C’est un reliquat de la période d’intense chaleur qu’a connu l’univers à ses débuts.


380.000 ans après le Big Bang, des photons arrivent enfin à traverser la «Surface de Dernière Diffusion», source du plus ancien rayonnement électromagnétique de l’univers. Son nom complet est «Fond diffus cosmologique» ou «Cosmic microwave background» (CMB). Et on ne rigole pas, là dans le fond !

 

Pourquoi je vous raconte tout çà ?

A cause de ça : Énergie universelle

 

Sources :
https://media4.obspm.fr/public/AMC/pages_fdc/decouverte.html